La transition numérique du bâtiment, une volonté du gouvernement

La numérisation du bâtiment, une volonté du gouvernement

jérôme_mat_plan_de_transition_numérique_du_bâtiment

La volonté du gouvernement est de mettre en place la transition numérique du bâtiment pour tout ce qui concerne le cycle de vie d’un ouvrage.

Jérôme Mat est le directeur du Plan de Transition Numérique du Bâtiment, plan mis en place par la ministre du logement Sylvia Pinel. Au cours de cet interview, Jérôme Mat va nous présenter sa vision du numérique dans le bâtiment et le rôle du plan de transition numérique.

Apéro Chantier Innovation : Aujourd’hui, quel est l’état du numérique dans le bâtiment ?

« Une filière comme le bâtiment qui représente 6% du PIB ne peut pas rester en dehors de la transition numérique »

L’innovation est grimpante et fleurissante en France. Ce qui permet de tirer la croissance et de favoriser l’emploi. Notre objectif est de faire progresser l’acte de construction. En effet, la volonté du gouvernement est de faire rentrer la filière bâtiment dans l’acte de construire, dans la digitalisation et dans la transition numérique.

Le gouvernement est parti d’un constat. Une filière comme le bâtiment (qui représente plus de 6% du PIB) ne peut pas rester à l’écart de la transition numérique, il n’y a pas de raisons que le bâtiment reste en dehors de la digitalisation.

Le numérique peut améliorer la qualité notamment par le biais de la maquette numérique. Les intérêts sont multiples :

  • Réduire les malfaçons
  • Rentrer dans une démarche collaborative
  • Faciliter la coordination de chantier
  • Réduire les délais de traitement entre les différentes tâches

L’enjeu du numérique s’est de se projeter pour l’avenir.

Aujourd’hui le maitre d’ouvrage étudie deux aspects : le prix de l’étude (environ 5% du coût d’un bâtiment) et le coût de la construction (environ 20%). Bien souvent les coûts générés pendant la durée de vie du bâtiment en phase d’exploitation ou de maintenance sont oubliés alors qu’ils représentent 75% des coûts d’un bâtiment.

Pouvez-vous nous parler plus en détail du BIM ?

« Aujourd’hui, il y a autant de méthodes BIM, qu’il y a de projets »

La maquette numérique c’est une « autoroute de la donnée » : il faut donc enrichir la maquette et y extraire des données.

Le BIM est actuellement utilisé sur les grands projets, mais il devrait être utilisé également sur des plus petits projets. Les PME/TPE devraient également l’utiliser. Enfin, le client final y trouve aussi un intérêt afin d’avoir des informations et un historique sur son bien immobilier. Le vrai apport de la maquette numérique c’est la richesse des informations. Dans le BIM, il faut avoir des informations sur les produits, les caractéristiques de ceux-ci ou les matériaux utilisés.

On constate que dans les grands groupes, chacun à sa méthode.

L’enjeu du Plan de Transition Numérique est d’harmoniser et de standardiser l’utilisation du numérique dans le bâtiment, car aujourd’hui, il y a autant de méthodes que de projets.

Qu’en est-il des acteurs de la filière ?

Tous les acteurs de la filière jouent le jeu. Chacun utilise des méthodes et des outils différents.

Le BIM peut être utilisé de la phase commande, à la programmation en passant par la déconstruction et le recyclage des matériaux/déchets.

Le but du Plan de Transition Numérique est dans un premier temps de produire des outils communs à la filière et mettre en place des modèles économiques.

Quels sont les axes sur lesquels vous travaillez dans les 6 prochains mois dans le cadre du plan de transition numérique du bâtiment ?

Nous travaillons sur 4 axes :

  • Axe 1 : Convaincre et donner envie aux acteurs de s’approprier l’outil numérique : notamment par la création d’ici juin 2015 d’un portail de la maquette numérique pour encourager, accompagner et capitaliser les expériences ;
  • Axe 2 : Accompagner les acteurs dans leur montée en compétence : par la mise en place de formations nécessaires à la maîtrise des outils ;
  • Axe 3 : Développer les outils numériques : en créant des modèles de données et de logiciels adaptés à tous types de projets ;
  • Axe 4 : Définir une Gouvernance du numérique pour être visible à l’international et en local : en installant des instances adaptées aux enjeux nationaux et locaux.

Comment accompagner les PME sur la transition numérique ?

« Il est important de ne pas opposer les grands groupes et les PME »

Notre volonté c’est de donner des outils adaptés au numérique aux PME. En effet, il y a une différence entre le besoin d’un grand groupe et celui d’un artisan.

Les grands groupes se préoccupent du numérique et l’intègre de plus en plus dans leurs projets alors que pour les PME, le numérique est un sujet quasi inexistant. Elles considèrent que c’est réservé au spécialiste ou que ce n’est pas pour elles.

Cependant, les PME se digitalisent (génération de devis et de facture), mais sans outil de chantier. Il y a une différenciation entre la digitalisation et la transition/la maquette numérique.

Il est important de ne pas opposer les grands groupes et les PME. On ne peut pas opposer les « grands et les petits », les deux sont indispensables et complémentaires. La maquette numérique doit être la même pour tous. C’est pourquoi, nous souhaitons mettre en place un socle commun pour démocratiser l’usage du numérique dans le bâtiment. Des entreprises de sous-traitance travaillent pour des grands groupes et en même temps, il y a des métiers que les grands groupes ne feront jamais. Ils sont complémentaires, ce qui permet d’avoir une chaine équilibrée et efficace.

Il va falloir définir à quoi va servir la maquette numérique pour l’artisan et se demander quelle va être la valeur ajoutée de l’outil numérique pour l’artisan. Pour générer des solutions, il faut se mettre à la place de l’utilisateur. Le rôle du Plan de Transition Numérique est d’accompagner et de faciliter cette transition.

Pouvez-vous nous parler de la formation notamment celle du BIM manager ?

On parle essentiellement de formation continue. Il n’y a pas réellement de fonction de BIM Manager. On parle davantage de montée en compétences en interne. On peut pour cela prendre l’exemple des secrétaires lors de la démocratisation de l’outil informatique et d’internet. La montée de compétences et la prise en main de l’outil se sont effectuées en interne.

On parle plutôt de BIM management : c’est un processus qui va guider la réalisation d’un ouvrage.

Il y a une révolution dans les méthodes de travail (mais ni plus ni moins que dans l’informatique).

logo_plan_transition_numérique_bâtiment

Propos recueillis par l’équipe Blockbase, créatrice d’Apéro Chantier et de la plateforme collaborative BulldozAIR, lors de la 14ème édition de l’évènement le 6 mai dernier.

Une réponse à “La transition numérique du bâtiment, une volonté du gouvernement

  1. Pingback: 14ème édition : « Comment le numérique change les méthodes de travail du BTP et de l’énergie ? » | Apéro chantier Innovation·

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s