Payname : La banque collaborative qui révolutionne le secteur !

Bonjour Laëtitia Geneyton, nous sommes ravis de vous accueillir dans nos rencontres hebdomadaires “Les Nouvelles Tendances”. Dans ces dernières, nous revenons sur les entreprises de demain qui proposent des solutions innovantes. Aujourd’hui, nous allons parler de la société Payname, une nouvelle banque à l’ère numérique et totalement indépendante ?

mockup_free_macbook_pro_1

  • Pouvez-vous nous expliquer plus précisément le but de Payname ? 

Payname imagine des services de paiement adaptés à la nouvelle économie. Le cobanking, concept que nous avons initié en 2015, propose de nouveaux usages bancaires appliqués au domaine du collaboratif. Pour l’instant, l’activité de Payname concerne tous les paiements en ligne que ce soit entre particuliers (remboursement, cagnotte, achat d’objet d’occasion, loyer…) ou pour une entreprise souhaitant collecter ses paiements. L’application mobile est également disponible sur Android depuis… aujourd’hui !

Comme nous pensons que tout un chacun doit rester aux commandes de ses économies, contrôler ses dépenses ou piloter ses moyens de paiement en toute liberté, nous allons plus loin dans le développement du projet. Ainsi, cette année, nous passerons « d’acteur de paiement » à « néobanque » avec l’arrivée du compte et de la carte de paiement. Pour amorcer cette évolution, nous annoncerons également notre nouvelle marque lors de l’inauguration du Toaster, notre campus à la campagne, le vendredi 3 juin prochain. Payname va changer de nom et ce changement va de pair avec l’ambition du projet qui est de proposer une nouvelle expérience bancaire au quotidien et non pas de vendre des produits financiers comme peuvent le faire les banques traditionnelles.

  • Comment décririez-vous le marché dans lequel vous évoluez ?

Le marché préhistorique de la finance et des banques est très compliqué d’accès et très règlementé. Il faut aller très vite, à la fois en respectant des contraintes règlementaires et en luttant contre un puissant lobby bancaire. En dix huit mois nous avons réussi à décrocher un agrément délivré par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, constituer une équipe de 40 personnes, attirer près de 50 000 utilisateurs et construire un Campus. Avec des investisseurs en phase avec nos valeurs, on s’assure de réaliser un projet en grand qui a du sens pour tous.

  • Comment vous situez-vous par rapport à vos concurrents ?

On peut considérer que nous sommes des OVNIS dans le secteur bancaire. Bien souvent les startups de la FinTech (technologies financières) sont rachetées et absorbées par un acteur historique qui se contente de l’intégrer avec, au mieux, quelques évolutions de ses propres services. Généralement, elles finissent en alibi innovation des banques traditionnelles. Au final toutes ces FinTechs, en dehors de leurs microcosmes, ne changent pas profondément la vie des consommateurs qui les consomment comme un nouveau service « cool ». Nous avons vocation à créer un nouveau modèle bancaire totalement indépendant et adapté aux nouveaux usages numériques et collaboratif. Avec l’arrivée, courant 2016, du compte et de la carte de paiement, nous serons à même de proposer une alternative à la banque pour le quotidien de tous.

labanqueDeDemain

  • Quel est votre modèle économique ?

L’utilisation de Payname est entièrement gratuite pour les particuliers et ceci ne changera pas avec l’arrivée du compte et de la carte de paiement.

Nous proposons également une solution de e-commerce clé en main. Pour nos clients, Payname Plus est une manière rapide et sécurisée de recevoir les paiements par carte bleue sur une page professionnelle dédiée. La page de paiement repose sur une commission de 1,6%HT par transaction perçue.

Toujours dans cette optique d’un nouveau modèle bancaire, co-existera la néobanque pour les particuliers et la néobanque pour les professionnels qui bénéficieront également d’un compte et d’une carte de paiement.

  • Qui sont vos clients ?

L’utilisateur type de payname.fr (particulier) est un homme ou une femme, plutôt citadin(e), entre 20 et 45 ans, qui souhaite qu’on lui simplifie la vie au quotidien.

De nombreux commerçants, auto-entrepreneurs, consultants indépendants, artisans mais aussi des chambres d’hôtes, des photographes, des clubs de sport, des BDE (Bureaux des étudiants), les professions libérales, les collectivités, etc. n’utilisent que les chèques et les virements pour encaisser les paiements à distance. Ce fonctionnement peut entrainer des fraudes, des impayés et ne facilite pas la gestion des encaissements. Beaucoup d’entre eux ont aujourd’hui conscience qu’il existe de nouvelles possibilités pour sécuriser les transactions grâce au numérique : ce sont nos clients Payname Plus.

  • Selon vous, quels sont les principales problématiques et les principaux enjeux auxquels votre marché doit faire face ?

Comme évoqué précédemment, les problématiques du marché sont liées à la réglementation, à l’expérience utilisateur, au lobby bancaire très présent.

  • Quel est le principal problème dans le développement de votre société et comment pensez-vous le résoudre ? et votre principal atout dans le monde de la banque ?

La principale difficulté (ce n’est pas un problème) pour Payname réside dans la construction d’un système d’information totalement indépendant du système bancaire existant. Un vrai challenge, très motivant pour notre équipe. C’est aussi un atout de taille face à la concurrence… La seconde difficulté sera d’émerger face aux grosses banques et de séduire un maximum de personnes dans un premier temps pour une utilisation comme « banque du quotidien » puis, dans un second temps, comme « banque principale ».

App-Android-Payname

  • Comment vous voyez-vous dans plusieurs années ? en termes de clients, financement ?

Nous allons chercher de nouveaux agréments afin de pouvoir couvrir tous les services d’une banque mais revisiter par des non-banquiers ! On se voit en licorne et on entend les français dans le métro, dans la rue, à la télé, etc. parler d’une succès story : « Hey, t’as vu la startup de la campagne qui a réussi à changer la banque »… 😀 #verslinfinietaudela

Nous tenons à remercier Laëtitia Geneyton et Eric Charpentier pour leur temps lors de la réalisation de cette interview.

Propos recueillis par l’équipe BulldozAIR, créatrice d’Apéro Chantier et de la plateforme collaborative BulldozAIR.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s